Le Koweit d’Aujourd’hui

Les efforts fournis dans la construction de l’état depuis son indépendance pour témoigner de la sagesse de la direction sage et que le futur est meilleurs pour réaliser plus de réussites. C’est pour cela nous devons mentionner quelques réalisations formidables, sans minimiser les efforts de premiers pionniers dont les empreintes sont visibles ni réduire leurs rôle dont les fils du pays sont fiers et sera sans doute l’objet d’admiration au futur.

Le Mouvement Coopératif

Les associations coopératives sont parmi les pôles économiques les plus importants au Koweit puisqu’elles représentent 70% du commerce de détails dans le pays. Egalement, les coopératives jouent un grand rôle social et politique. Les associations coopératives au Koweit ressemblent largement à des centres commerciaux modernes.

Les premières tentatives de coopération consommatrice au Koweit datent de l’école Al Mbarkiyah en 1941 lorsque l’association coopérative scolaire fut établie. Puis, d’autres associations coopératives se faisaient établir dans quelques cercles publics en 1955, telles que l’association coopérative des employés du département d’affaires sociales, celle de l’administration des connaissances. Ces coopératives étaient soumises aux lois des clubs et établissements sociaux faute d’existence de lois sur les coopératives à l’époque.

La coopération des consommateurs n’apparut dans sa forme organisée que lorsque la loi No.20 /1962 fut promulguée, qui citait comment les coopératives sont établies, leur administration, candidature, contrôle et liquidation.

Au commencement des années 1980, le mouvement coopératif des consommateurs se dirigea vers l’épanouissement  sur les mouvements coopératifs arabes et internationaux. L’Union des Associations Coopératives  chercha à devenir membre du pacte coopératif international a partir du mois de mars 1981.

Il est important de mentionner que la face brillante du travail des associations coopératives c’est qu’elles dépensent 25% de leurs revenus annuels sur les services sociaux dans sa région, telles que l’organisation des compagnes de pèlerinage et Omra et l’assistance des écoles et les hôpitaux a pourvoir ses besoins ainsi que l’organisation des stages éducatifs et de divertissement a caractère  social pour les fils de la région.

Parmi les projets les plus importants des associations coopératives, il y a l’établissement d’un hôpital moderne  spécialisé dans les maladies cardiovasculaires et la radiologie diagnostique au cout total de 15 millions de  dinars (a peu prés de 53 millions de   dollars américain).


La Prévoyance Sociale

Le Koweit comprit les grandes dimensions de prévoyance sociale en tant qu’une issue sociale et humaine, ce qui l’a poussé a créer des systèmes sociaux a travers lesquelles il serait possible de sécuriser une bonne source financière pour les individus n’ayant pas la capacité de travailler. Alors on créa la loi de l’aide publique et puis celle de la sécurité sociale qui, ensemble, forment un aspect de prévoyance sociale.


Loi d’assistance Publique

Le premier pas dans ce sens fut en 1955 lorsque toutes les aides furent liées au département des affaires sociales qui, a son tour, mit en place des règles de base pour l’octroi de ces aides, basées sur la recherche sociale de les cas des bénéficiaires qui comportaient les cas d’incapacité totale de travailler a cause d’un accident, la vieillesse, le décès du père de famille, et les catastrophes ou fléaux dues aux inondations, les pluies et les incendies. Le nombre de cas bénéficiant de ce régime à l’époque atteignit 613 familles avec une valeur totale de quatre milles dinars koweitiens.

A la suite de l’indépendance du Koweit en 1962 et la promulgation de sa constitution, il était nécessaire de promulguer une loi organisant ces aides. Alors, vint la loi de 1968, comportant les cas suivants ;   les veuves et les divorcées, les familles de prisonniers, les malades et  ceux ayant des incapacités continues, les familles de chômeurs, les incapacités financièrement, la vieillesse, les familles d’étudiants,  les femmes chômeuses célibataires.    
 

Assurances Sociales

Le Koweit considère que l’assurance sociale est un droit acquis pour tous ces citoyens ainsi qu’un élément important pour la stabilité sociale et économique du pays. Le système d’assurances sociales est lié à la situation de l’individu en tant que citoyen koweitien, sans égard à la catégorie dont il appartient ou la source de revenu sur laquelle il se base pour parvenir à ses besoins de vie. La couverture des assurances sociales couvre tous les citoyens à travers l’assurance de la personne active.

La loi d’assurances sociales No. 61/1976 comporte 132 articles, suivant les provisions de la constitution (Article 7) que ; « La coopération et la compassion sont des liens fermes entre les citoyens » et l’Article (11) que « L’état garanti l’aide aux citoyens dans le cas de la vieillesse, la maladie, l’incapacité de travailler, et pourvoie les services d’assurances sociales, l’aide sociale et les soins médicaux »

En octobre 1977, le système d’assurances sociales fut appliqué dans son sens le plus large sur les citoyens civils travaillant chez un employeur (public – pétrolifère – privé). Quelques années plus tard, la couverture fut élargit pour comporter tout les citoyens dans tout les domaines de travail.

Au présent, le pourcentage de couverture  a atteint un pourcentage très élevé (100% actuellement)
Le système d’assurances au Koweit se distingue par la qualité d’assurances et les privilèges fournis par l’état pour ses citoyens au plus haut niveau possible et ceci est surtout du au support donné par l’état pour ce système ainsi qu’à la manière distinguée par laquelle le service d’assurance est rendu a travers l’établissement public des assurances sociales.    


Autorité Publique pour les Affaires des Mineurs

L’autorité des mineurs est un établissement aux objectifs humains et au message noble. Elle fut établit en 1938, a l’ère du défunt émir Sheikh Ahmad al Jabler al Sabah avec le but de pourvoir aux besoins de ceux qui n’en ont pas de parents parmi les mineurs et les personnes sous confiscation judiciaire de biens, les incapacités et les perdus, et la protection de leurs biens et acquisitions.

L’autorité et sous le contrôle du ministre de la justice en sa qualité et elle a toutes les spécialités de gardien ou du superviseur et leurs devoirs selon le cas, en vertu de la loi No.67/1983 et la loi civile, s’ils ne sont pas en contradiction avec les principes de la Sharia musulmane


Société Koweitienne de Développement Scientifique

C’est un projet unique dont il est rare de lui trouver un pareil dans la région arabe qui fut établi sous l’initiative de son altesse, l’émir défunt, Sheikh Jaber al Ahmad al Jaber al Sabah lorsqu’il fut prince-héritier et par support et contribution de la part de la chambre de commerce et d’industrie. 

Cette société, une société privée à caractère public,  fut établie par décret émirien issu le 12 décembre 1976.

La société est gouvernée par un conseil d’administration présidée par son altesse, l’émir, et comporte six (6) membres choisis par les sociétés contributives koweitiennes pour une période de trois ans.  L’objectif de la société est de pourvoir l’assistance nécessaire pour le développement scientifique et civilisationnel. 


Centre Sabah al Ahmad pour les talentueux et les créateurs

Le conseil d’administration de la Société Koweitienne de Développement Scientifique a adopté, lors de sa réunion tenue le 9 février 2009, sous la présidence de son altesse, Shaikh Sabah al Ahmad al Jaber al Ahmad al Sabah, PDG de la société, l’initiative de son altesse concernant l’établissement du centre  de Sheikh Sabah al Ahmad pour les talentueux et les distingués au Koweit. Le centre  comporte un certain nombre d’activités de création, invention et développe les capacités techniques, les activités des petits savants, l’adoption des distingués et des créateurs dans plusieurs domaines.

La société aussi prépare les stages pratiques qui renforcent les talents d’invention. Ce projet est considère comme une continuation des activités données par la société de développement des sciences pour supporter l’adoption des inventeurs et des innovateurs, le développement de leurs talents de telle sorte que la roue de développement scientifique  soit poussée au Koweit. Ce projet est également un projet pionnier et unique dans la région arabe. 


Les Réserves des générations Futures

Le 28 novembre 1986, un décret émirien fut promulgué concernant les réserves des générations futures, prévoyant pour l’ouverture d’un compte pour créer une réserve alternative aux richesses pétrolifères et formées de 50% du compte de réserve publique de l’état durant l’année de base, et financé annuellement par la réduction de 10% des revenus totaux du pays  a partir de l’année financière 1976-1977 étant donné que les fonds soient réinvestis dans le même compte et l’autorité publique de l’investissement est chargée de l’investir dans les différents projets économiques a l’intérieur et en étranger.

La réserve des générations futures est considérée comme la source principale utilisée par l’état dans la couverture des crises économiques rencontrées par l’état jusqu'à ce que la structure économique du pays soit rectifiée.  


Le Fonds Koweitien de Développement Economique Arabe

Le Koweit était présent et sensible aux souffrances des pays en voie de développement et a cherché depuis des décennies, même avant l’exploration de pétrole, a comprendre les sentiments des peuples des pays nécessiteux et chercher a résoudre les problèmes de développement. Malgré que le Koweit et lui-même un pays en voie de développement, elle n’a jamais hésité à déduire une grande partie de ses revenus pour aider les autres pays. L’établissement de ce fonds vint de ce principe afin d’agir en tant qu’un premier canal officiel pour aider les pays en voie de développement à exécuter les projets de développement.

L’annonce de l’établissement du fonds fut en 1961 pour devenir le premier établissement au moyen orient qui fut établi directement après l’indépendance du Koweit. L’idée de ce fonds revient a l’initiative par son altesse, l’émir défunt Sheikh Jaber al  Ahmad al Jaber al Sabah qui fut ministre des finances a l’époque. L’établissement de ce fonds a ce moment fut une bonne expression de la compréhension  de la crise de développement vécue par le tiers monde et que le Koweit, malgré sa petite taille est intéressée  a mettre une partie de ses ressources au service de la cause de développement et aider les pays a développer leurs économies, notamment par l’octroi des prêts et l’assistance technique nécessaire pour financer l’exécution de ces projets de développement sur des bases techniques et économiques correctes, ainsi garantissant le succès des projets financées et réalisant pour l’état bénéficiaire le plus grand nombre de bénéfices économiques et sociaux. 

Au moi de juillet 1974 on décida d’élargir le domaine de travail du fonds pour comporter tout les pays en voie de développement. Son capital déclaré a augmenté de 200 millions dinars koweitien à 1 milliard de dinars. En mars 1981, le capital du fonds doubla afin de devenir 2 milliards de dinars.
Sans doute, le fonds a réussi dans la réalisation de ces objectifs et contribua effectivement à la construction de la bonne réputation internationale jouie par le Koweit dans le domaine de développement économique et les aides humanitaires. Ceci cherche a renforcer les liens entre le Koweit et les pays recevant les aides et les positions de ces pays vis-à-vis du Koweit dans les forums internationaux.



عربي English